La théorie des parties prenantes


Introduction

Nous avons étudié la théorie des parties prenantes à partir du livre La Théorie des Parties Prenantes réalisé par Maria Bonnafous-Boucher et Jacob Dahl Rendtorff.

La théorie des parties prenantes est apparue dans les années 1960 ( TPP). La TPP est une théorie locale et prend ses racines dans une organisation particulière : l’entreprise multinationale ; et dans un contexte : l’économie mondialisée des années 1980 à 1990. La théorie traite  les mécanismes de décisions et les rapports de pouvoir au sein de l’organisation. L’idée étant de repenser le modèle de gouvernance de la multinationale au profit des parties qui agissent directement ou indirectement avec elle. La notion de redistribution des richesses fait son apparition. La théorie redimensionne l’environnement de l’entreprise avec des intérêts convergents source de conflits. La finalité étant de mieux situer la place de l’activité de l’entreprise dans son environnement économique.

Selon Freeman et Reed en 1983, les parties prenantes sont celles qui peuvent faire reconnaître leurs intérêts vis-à-vis de l’entreprise. Certains auteurs préfèrent le terme de “partie intéressée” (Benseddik) ou d’ ”ayant droit” ( Mercier). Rhenman et Stymne ( 1965) introduisent la réciprocité dans la relation entre les parties prenantes.

Théorie des parties prenantes : définitions

Sourcesintérêts / enjeu
Stanford Research institute“des groupes sans le soutien desquelles l’organisation cessera d’exister” (Freeman et Reed, 1983).
Rhenman (1964)“ qui dépendent de l’entreprise pour réaliser leur objectifs personnels et dont l’entreprise dépend en vue de son existence”.
Ahlstedt et Jahnukainen“ poussées par leurs propres intérêts et objectifs, elles participent aux activités de l’entreprise, avec laquelle elles ont une relation d’interdépendance”.
Freeman et Reed“Qui peuvent affecter la réalisation des objectifs d’une organisation ou qui peuvent être affectés par la réalisation des objectifs d’une organisation”.
Bowie“sans le soutien duquel l’entreprise cesserait d’exister”.
Carroll“prétend posséder un ou plusieurs intérêts de ce genre” ; “des intérêts aux titres à la propriété des avoirs de l’entreprise”.
Clarkson“qui s’exposent à un risque dû au fait d’avoir investi une forme de capital humain ou financier dans une entreprise”.
Définition de la théorie des parties prenantes

Source : La théorie des parties prenantes, Maria Bonnafous-Boucher et Jacob Dahl Rendtorff.

La théorie dans le contexte du management stratégique

Desreumaux et Selznick, définissent en 2009 la stratégie : “elle construit progressivement des ensembles d’opportunités et imagine des trajectoires de développement dans un environnement rapidement changeant et partiellement imprévisible”.

La théorie des parties prenantes, dès sa création, comme en témoignent les premières publications, se veut une théorie utile relevant de la stratégie.

La théorie des parties prenantes fut contestée. Mais de nos jours, bon nombre d’entreprises du CAC40 dressent des cartes de parties prenantes. La théorie réconcilie stratégie et éthique dans l’exercice de l’activité. Elle met en évidence une conception de l’activité économique et de la stratégie en lien avec son environnement.

Présentation des courants en stratégie

Courants et écolesModèles représentatifsAuteurs représentatifsObservations
Design School de HarvardSWOTAndrews, équipe Harvard, 1960-1965Approche rationnelle “conceptuelle” pour Mintzberg
Planification stratégiqueModèle de planificationAnsoff et Ackoff, 1965-1975Approche systématique et analytique “formelle” pour Mintzberg
Business Strategy, stratégies opérationnelles, marketing stratégiqueModèles de portefeuille.Modèles de positionnement.Stratégies génériquesLevitt et Kotler.Genderson, 1965-1980.AbellGrilles, check-listsProcessus “analytique pour Mintzberg
Management stratégiqueDomaines d’activités stratégiquesHofer et Schendel,1978.
Stratégies de développementModèles de croissance : économiques, financiers, organisationnels,etc.Ansiff, Marris et Penrose,1960-1970Forte diversité des approches.Non mentionné par Mintzberg.
Courant environnementalModèles d’économie et d’organisation industrielles.Approche évolutionniste.TransactionPorter, 1975-1990Nelson et Winter, 1980-1990.Williamson,1975-1990Conflit entre les approches déductives et empiriques pour “processus passif” Mintzberg.
Courant organisationnelModèle de capacités.Modèles contingentsTransaction et économie des organisations.Mintzberg.
Lawrence et LorschChandler, Cyert et March,1960-1990
Grande diversité des approches.Mintzberg retient les approches “politiques” et “culturelles”.
Courant décisionnelModèle IMC et heuristique de la décision.Processus de prise de décision individuels et organisationnels.Simon et Mintzberg.Crozier,1955-1990Approche empirique/Mintzberg distingue les approches “cognitives” et d’ “apprentissage”.
Courant entrepreneurialTypologies d’entrepreneursSmith et Gasse,1960-1990.Approche typologique.Processus visionnaire.
Les courants stratégiques

 Source : La théorie des parties prenantes de Maria Bonnafous-Boucher et Jacob Dahl Rendtorff. Issu de Marchesnay ( 2002,p.38)

Ne manquez pas ces conseils !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.


Une réponse à “La théorie des parties prenantes”

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

WordPress.com.

Quitter la version mobile